Le 16 avril 1943.

Le chimiste suisse Albert Hofmann (37 ans), employé dans les laboratoires Sandoz (aujourd’hui Novartis), à Bâle, s’injecte par mégarde un dérivé de l’acide lysergique dont il était en train d’étudier les propriétés stimulantes.
Il éprouve alors des sensations euphorisantes et des hallucinations…
On découvrira plus tard leurs similitudes avec celles qui sont provoquées par l’ergot de seigle, un champignon qui contient aussi de l’acide lysergique et peut se retrouver dans la farine du pain, provoquant le « mal des Ardents » ou « feu de Saint-Antoine », une maladie autrefois relativement fréquente !
Cette découverte inopinée va ouvrir la voie à la drogue hallucinogène mythique des années 60 (les années « hippies ») : le LSD (Lyserg Säure Diäthylamid ou diéthylamide de l’acide lysergique).
Elle sera promue aux États-Unis par un psychologue fantasque, conférencier à Harvard, Timothy Leary (1920-1996).

Le 15 avril 2019.

Un gigantesque incendie emporte les deux tiers de la toiture et la flèche de la Cathédrale Notre-Dame de Paris. Des travaux de rénovation étaient en cours…
La France et une large fraction de la planète sont demeurées en état de sidération devant ce drame, télévisé en direct dans le monde entier.

Le 14 avril 1912.

Le paquebot Titanic heurte un iceberg et sombre au large de Terre-Neuve, au cours de son voyage inaugural, dans la nuit du 14 au 15 avril 1912.
L’orgueilleux navire est réputé insubmersible du fait de sa double coque en plaques d’acier, par ailleurs divisée en 16 compartiments étanches dont chacun peut être isolé des autres par une porte coulissante en cas d’incident.
L’armateur n’a pas jugé nécessaire en conséquence de prévoir autant de places dans les canots de sauvetage que de personnes à bord !
C’est la catastrophe maritime la plus médiatique de tous les temps à défaut d’être la plus meurtrière (1502 victimes) …

Le 13 avril 1946.

La Chambre des députés vote la loi Marthe Richard, du nom de son inspiratrice.
Elle impose dans toute la France la fermeture des « maisons closes » (bordels ou maisons de passe).
La face cachée de la bourgeoisie balzacienne disparaît pour toujours.